Quel nichoir ?

Identifiez les oiseaux de votre jardin ou à défaut ceux que vous souhaiteriez héberger dans votre jardin. Les tailles de l’ouverture et de la chambre de nidification de votre nichoir devront alors être adaptées à l’espèce choisie.

  • Nichoirs type « boîte aux lettres » (nichoir fermé avec une petite ouverture circulaire ou ovale) : Ces nichoirs sont destinés aux oiseaux cavernicoles. Le trou d’envol varie entre 27 et 120 mm et la chambre de nidification varie entre 100 et 400 mm de côté. Ces nichoirs sont destinés aux mésanges (bleues, nonnettes, noires, huppées ou charbonnière), torcols, moineaux (friquet et domestique), rouges-queues à front blanc, sittelles torchepots, grimpereaux, martinets ou aux rapaces nocturnes…
  • Nichoirs semi-ouverts (une ouverture large située en haut du nichoir) : Ces nichoirs sont destinés aux oiseaux cavernicoles n’aimant pas nidifier dans l’obscurité. L’ouverture, faisant la largeur du nichoir, varie entre 70 et 130mm de haut. La chambre de nidification varie entre 100 et 400mm de côté. Ces nichoirs sont destinés aux rouges-gorges, bergeronnettes grises, gobemouches gris, rouges-queues noir, faucons crécerelles ou aux choucas des tours…
  • Nichoirs ouverts (ouvert sur trois côtés au moins) : Ces nichoirs sont destinés aux rouges-queues noirs, hirondelles (rustique et des fenêtres), merles noirs ou  aux grives musiciennes…
  • Nichoirs multiples : pour colonies de moineaux, martinets, hirondelles…
  • Nichoirs spécifiques : Grimpereau, Martinet noir, Choucas des tours, Rollier d’Europe, Faucon crécerelle, Faucon pèlerin, Chouettes, Cincle plongeur, …
  • Nichoirs mammifères : Chauves-souris, hérisson, loir, écureuil

Où et quand installer le nichoir ?

Il est préférable d’installer vos nichoirs de novembre à février. Certains oiseaux, comme les mésanges ou les rouges-gorges, recherchent très tôt un site de nidification et utilisent les nichoirs comme abris durant l’hiver.

Le nichoir doit être accroché en hauteur sur un arbre sain ou un mur. Evitez le plein soleil ou les lieux et arbres humides. L’ouverture sera orientée de préférence vers l’Est ou le Sud-Est (à l’opposé des vents amenant la pluie)

Quelques exemples d’emplacements :

  • Gobemouche  gris, rougequeue à front blanc : contre le tronc d’un arbre, entre 1,5 et 3 m de hauteur.
  • Moineau, rougequeue noir, bergeronnette grise, hirondelle rustique : contre un mur, sous un toit.
  • Sittelle torchepot et torcol fourmilier : contre le tronc d’un arbre, entre 3 et 6 m de hauteur.
  • Rouge-gorge : sous des branchages denses.
  • Mésanges : contre un mur ou le tronc d’un arbre, de 1 à 6 m de hauteur.
  • Chauves-souris : contre un mur ou le tronc d’un arbre à 3m minimum de haut, sans rien en dessous.

Evitez de mettre deux nichoirs identiques (mêmes dimensions et trou d’envol) trop proches. Sauf pour les espèces vivant en colonie comme les moineaux, les hirondelles, les martinets, les chauves-souris…

Les nichoirs seront vidés de leurs matériaux tous les ans au début de l’automne. Le bois constituant le nichoir peut être traité à l’huile de lin ou rester brut si c’est une essence résistante à l’humidité.

Comment fixer le nichoir dans un arbre ?

  • Vissé dans le tronc : L’arbre cicatrisera et continuera sa croissance autour de la vis.
  • Ficelé autour du tronc. Il faudra, tous les ans, vérifier la ficelle et réajuster sa longueur pour ne pas étrangler l’arbre.